Etymologie, Etimología, Étymologie, Etimologia, Etymology
FR Frankreich, Francia, France, Francia, France
Etruskologie, Etruscología, Étruscologie, Etruscologia, Etruscology

A

B

bellitalie.org
Etrusques

(E?)(L?) http://www.bellitalie.org/etrusques.html

On peut dire de la civilisation étrusque, que par sa splendeur florissante et pluriséculaire, elle était non seulement la première grande, bien organisée et pleinement consciente civilisation italienne, mais par son ascendance et son curieux rapport à la civilisation grecque, elle fut aussi le premier pont vers l'introduction du développement en Italie.

Les Étrusques sont entre les Grecs et les Romains, pour les premiers se sont des imitateurs et des héritiers, pour les seconds des éducateurs et presque des pères.

Si les livres sont nombreux, encore plus le sont les musées. Les richesses de la civilisation étrusque, ses œuvres artistiques étonnantes, sont le témoignage d'une civilisation extraordinaire dont personne d’autre au monde ne peut se vanter.

Les urnes ont des images d'un réalisme poussé jusqu'à l'excès ; pleines de réalité concrète de la vie quotidienne, sans avoir la monumentalité inquiétante des sarcophages égyptiens, sans la beauté de l’art du classique hellénique, mais expriment des réalités rationnelles, des idées et des faits à taille humaine. Nous avons dit CIVILISATION, nous tenons à l'écrire en lettres majuscules. Souvent nous regardons ailleurs, et on ne se rend pas compte qu’il y a en Italie ce que peu de personnes possède : un splendide passé.


Erstellt: 2018-01

C

D

dailymotion.com
La dernière cité des Etrusques

(E?)(L?) www.dailymotion.com/video/xgyrm0

A la fin du XIXe siècle, onze des douze cités de la ligue étrusque ont été découvertes. Tandis que les spécialistes ignorent tout de l'endroit où se trouve la douzième, l'Italien Isidoro Falchi, médecin et archéologue autodidacte, trouve une pièce de monnaie. Cet indice le conduit vers un petit village toscan. Se voyant refuser les autorisations officielles de fouille, il décide alors de poursuivre ses recherches illégalement et finit par atteindre son but.

La découverte de Vetulonia, la fameuse cité étrusque manquante, devient son grand triomphe. Aujourd'hui, les progrès de la science et de la recherche permettent, par ailleurs, d'en apprendre d'avantage sur cette civilisation disparue.

Episode 1



Episode 2



Episode 3




Erstellt: 2018-01

desiderio.free.fr
Les numéraux étrusques

(E?)(L?) http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/etrusque.html

La civilisation étrusque fut l'une des plus brillantes en Europe, elle régna sur Rome avant de se fondre dans le monde latin mais elle survécut jusqu'à l'époque impériale comme mémoire familiale. Rappelons simplement que Virgile était un Étrusque, que l'empereur lettré Claude lisait et connaissait les textes étrusques, que l'alphabet latin a d'abord été forgé par les Étrusques après avoir été emprunté au grec. L'influence la plus décisive des Étrusques concerne la numération, nous conservons certaines de leurs habitudes même si elles ont été considérablement déformées et dégradées, mécomprises.

Les noms de nombres
...


Erstellt: 2018-01

E

étrusque (W3)

Frz. "étrusque" heißt als Adjektiv dt. "etruskisch" und als Substantiv dt. "Etrusker" oder auch ling. dt. "Etruskisch". Diese Bezeichnung ist eine Fremdbezeichnung der Römer, die dieses Volk als lat. "Etrusci", "Tusci" bezeichneten und dabei griech. "Tyrsenoi", "Tyrrhenoi" zum Vorbild nahmen. Die Eigenbezeichnung der Etrusker lautet etrusk. "Rasenna". Aus der römischen Bezeichnung ging die Regionsbezeichnung "Toskana" hervor.

Die Etrusker siedelten in Mittelitalien in dem Gebiet zwischen Florenz und Rom. Dieses Kerngebiet hieß in römischer Zeit "Etruria". Heute entspricht dieses Gebiet der "Toskana" plus dem nördlichen Latium und dem westlichen Umbrien.

Bei den Etruskern (ab -700) soll es sich nach aktuellen Forschungen um ein nicht indogermanisches Volk unbekannter Herkunft gehandelt haben. Auch die etruskische Sprache, die nur in wenigen (8.000 ?) schriftlichen Zeugnissen (meist kurzen Texten, in einem abgewandelten griechischen Alphabet geschrieben) überlebt hat, wird nicht zur indoeuropäischen Sprachfamilie gezählt.

Die zwischen dem -7. und -4. Jahrhundert gegründeten Stadtstaaten schlossen sich zu einem Zwölfstädtebund zusammen Bis -507 herrschten etruskische Könige auch in Rom. Die Eroberung der Stadt "Veii" ("Veji") um -400 leitete ihren Untergang ein. Im Jahr -264 wurde "Volsinii" von den Römern eingenommen und damit die Unterwerfung Etruriens durch die Römer vollendet. Nach dem Bundesgenossenkrieg (-91 - -89) erhielten auch die Etrusker das römische Bürgerrecht, ihre völlige Romanisierung vollzog sich erst unter Augustus.

Literatur:

(E?)(L?) https://www.1jour1actu.com/culture/en_savoir_plus_sur_les_etrusques/

En savoir plus sur les Etrusques

Culture | 29 janvier 2002 à 00:00 par La rédac'

Il y a 2 ans, une épave chargée d'amphores a été découverte par un sous-marin, dans la mer Méditerranée, au sud-est de la France. Ce bateau appartenait à un peuple méconnu de l'Antiquité : les Etrusques. Une équipe a commencé à remonter les marchandises contenues à l'intérieur.
...


(E?)(L?) http://outils.biblissima.fr/fr/collatinus-web/

"Aesar" :

"augurium", ii, n. : "augurium agere" (capere) : prendre les augures.
"augurium accipere" : accueillir un augure.
accepisse id augurium laeta dicitur Tanaquil, perita ut volgo Etrusci caelestium prodigiorum mulier, Liv. 1, 34, 9 : Tanaquil, femme experte comme tous les Etrusques à interpréter les signes célestes, avait, dit-on, accueilli avec joie ce vol comme de bon augure.

"Cilnius", ii, m. : "Cilnius" (nom d'une famille étrusque dont descendait Mécène).

"Cupra", ae, f. :

"discutio", discussi, discussum, discutere : - tr. "disceptationem discutere", Liv. 38, 13 : trancher un différend.
"periculum audacia discussit", Liv. 2, 52 : son audace dissipa le danger (par son audace il écarta le danger).
"periculum simplex confessio culpae discussit" : l'aveu tout net de leur faute écarta tout danger.
"Cato discutit Etruscos", Flor. 3, 18, 13 : Caton dispersa les Etrusques.
"rem discutere", Liv. : faire échouer une affaire.

"elevo", elevatum, are : - tr. "aegritudinem elevare", Cic. Tusc. 3, 16, 34 : soulager le chagrin.
"elevare auctoritatem", Liv. 3.21 : affaiblir l'autorité.
"Samnitium bella extollit, elevat Etruscos", Liv. 9.37 : il vanta les guerres des Samnites et rabaissa les Etrusques.
"elevare vocem", Vulg. Judic. 2, 4 : élever la voix.

"Etruscus" :

"florens", florentis : part. prés. de floreo.

"Frutis", is, f. : Frutis ou Fruti (nom de Vénus chez les Etrusques).

"hister" : "lar" : (l'article de Quicherat)

"Lucumo" (Lucmo, Lucmon), onis, m. : Lucumon.

"Lydia", ae, f. : la Lydie (région de l'Asie Mineure, pays d'origine des Etrusques).

"Lydius", a, um : lydien, de Lydie, Etrusque. - Lydii, orum, m. : les Lydiens; les Etrusques.

"Maeonides", ae, m. :

"Maeonius", a, um :

"Porsena" (Porsina, Porsenna), ae, m. : Porsenna (roi des Etrusques).

"Tuscanicae", arum, f. : "vases étrusques".

"Tuscanicus", a, um : "des Toscans", étrusque, toscan.

"Tuscanus", a, um : "des Toscans", étrusque, toscan.

"Tusce" : "à la manière des Toscans", en étrusque.

"Tusci", orum, m. : les Toscans, les Etrusques.

"Tuscus", a, um : "toscan", étrusque.

"Tyrrhenus", a, um : "tyrrhénien", étrusque.

"unus", a, um : un, une, un seul, seul, un même, le même, identique; seul, unique; un, quelqu'un, un certain.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/étrusque

ÉTRUSQUE, adj. et subst.

Étymol. et Hist. 1534 adj. "éthrusque" (Rabelais, Gargantua, éd. Ch. Marty-Laveaux, chap. I, t. 1, p. 11); 1838 subst. ling. (Ac. Compl. 1842). Empr. au lat. class. "Etruscus" de même sens.


(E?)(L?) http://decouvertes-archeologiques.blogspot.de/search/label/Etrusques

Affichage des articles dont le libellé est Etrusques. Afficher tous les articles


(E?)(L?) https://www.inrap.fr/decouverte-d-une-nouvelle-tombe-princiere-du-ve-siecle-avant-notre-ere-5394

Découverte d'une nouvelle tombe princière du Ve siècle avant notre ère

Depuis octobre 2014, une équipe d'archéologues de l'Inrap fouille, sur prescription de l'État (Drac Champagne-Ardenne), une tombe princière datée du début du Ve siècle avant notre ère, dans un complexe funéraire monumental exceptionnel, à Lavau (Aube).

Une tombe princière celte du Ve siècle avant notre ère découverte à Lavau

Au centre d'un tumulus de 40 m de diamètre, le défunt et son char reposent au coeur d'une vaste chambre funéraire de 14 m², une des plus vastes recensée par les archéologues pour cette période de la fin du premier âge du Fer (le Hallstatt). Sous les niveaux d'effondrement du tumulus, la tombe contient des dépôts funéraires d'une richesse digne des plus hautes élites hallstattiennes.

Une tombe princière exceptionnelle

Disposés dans un angle, les objets les plus fastueux se composent de bassins, d'une ciste (seau) en bronze, d'une céramique fine au décor cannelé, d'un coutelas dans son fourreau. La pièce maîtresse du dépôt funéraire est un chaudron en bronze, d'environ 1 m de diamètre. Ses quatre anses circulaires sont ornées de têtes d'Acheloos, dieu-fleuve grec ici représenté cornu, barbu, avec des oreilles de taureau et une triple moustache. Le bord du chaudron est également décoré de huit têtes de lionnes. L'oeuvre est "étrusque" ou grecque. À l'intérieur du chaudron repose une oenochoé en céramique attique à figures noires : Dionysos allongé sous une vigne fait face à un personnage féminin. Il s'agirait d'une scène de banquet, un thème récurrent de l'iconographie grecque. La lèvre et le pied de cette cruche sont sertis d'une tôle d'or, soulignée d'un décor de méandres en filigrane. Elle est la plus septentrionale à ce jour. Ce service à boisson d'origine gréco-italique reflète les pratiques de banquet des élites aristocratiques celtiques.

Principautés celtiques et cités-états "étrusques" ou grecques

La fin du VIe siècle et le début du Ve siècle avant notre ère sont marqués par le développement de l'activité économique des cités-états "étrusques" et grecques d'Occident, Marseille en particulier. À la recherche d'esclaves, de métaux et de biens précieux (dont l'ambre), les commerçants méditerranéens entrent en contact avec les communautés celtiques continentales. Celles maitrisant les voies naturelles de communication, en particulier dans la zone des interfluves Loire-Seine-Saône-Rhin-Danube, profitent de ce trafic et voient leurs élites acquérir de nombreux biens de prestiges dont les plus remarquables sont retrouvés enfouis dans de monumentales tombes tumulaires - à La Heuneburg et Hochdorf en Allemagne par exemple, à Bourges, Vix et maintenant Lavau.

Un espace funéraire, lieu mémoriel

La vocation funéraire de ce site est remarquable, notamment par sa pérennité. Des tombes à incinération et des tertres circulaires délimités par des fossés sont mis en place dès la fin de l'âge du Bronze (vers 1300 à 800 avant notre ère). Leur succède, au cours du premier âge du Fer, un guerrier et son épée en fer ainsi qu'une femme parée de bracelets en bronze massif. Vers 500 avant notre ère, des fossés de près de trois mètres de profondeur unissent au sein d'un même ensemble monumental ces anciens monuments funéraires et le récent tumulus princier. Cet espace mémoriel est encore en usage à la période gallo-romaine : les fossés du tertre sont curés, des sépultures antiques occupent désormais l'espace.

La connaissance des principautés celtiques renouvelée

La fouille de la sépulture de Lavau renouvelle aujourd'hui la recherche et nos connaissances sur le phénomène princier du premier âge du Fer en Europe occidentale. Mieux conservée que les tombes à char de Vix (Côte-d'Or) et d'Hochdorf dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne), celle de Lavau bénéficie aujourd'hui des dernières méthodologies et techniques développées par l'Inrap et déjà mises en oeuvre lors de la fouille de la tombe à char de Warcq (Ardennes). Ainsi une équipe interdisciplinaire, d'une grande complémentarité, oeuvre sur le terrain, pour faire de ce chantier une opération préventive exemplaire.


(E?)(L?) http://www.e-stoire.net/search/Étrusque/

Résultats pour "Étrusque"


(E?)(L?) http://www.linternaute.com/dictionnaire/noms-propres/definition/histoire/peuple/les-etrusques/

Les Etrusques

Peuple habitant l'Eturie. Il se soumit aux Romains au Vème siècle avant J.C.


(E?)(L?) http://www.linternaute.com/histoire/magazine/dossier/06/etrusques/index.shtml

Rencontre avec les Etrusques (9 photos)


(E?)(L?) https://search.openedition.org/?q=%C3%89trusque

Recherche "étrusque": 2135 résultats sur 85 page(s)

Choisir un filtre

Plate-forme de publication Type de publication Type de document Publication


(E?)(L?) http://l.maison.pagesperso-orange.fr/etymo/
(E?)(L?) http://pagesperso-orange.fr/l.maison/etymo/1.htm
(E?)(L?) http://l.maison.pagesperso-orange.fr/etymo/idxe0.htm#etrusque
(E?)(L?) http://l.maison.pagesperso-orange.fr/etymo/dat10.htm#109

étrusque "persona"
définition / sens : masque de théâtre
a produit le(s) dérivé(s) suivant(s) : latin "persona" (1)


(E?)(L?) http://l.maison.pagesperso-orange.fr/etymo/dat25.htm#33

latin "persona" 1
définition / sens : "masque de théâtre"
dérive de : étrusque "persona"
a produit le(s) dérivé(s) suivant(s) : latin "persona" 2

latin "persona" 2
définition / sens : "personnage de théâtre"
sens étymologique : "masque de théâtre"
dérive de : latin "persona" 1
a produit le(s) dérivé(s) suivant(s) : latin "persona" 3

latin "persona" 3
définition / sens : "être humain"
dérive de : latin "persona" 2
a produit le(s) dérivé(s) suivant(s) : français "personne"


(E?)(L?) artflsrv02.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/search3t?dbname=encyclopedie0416&word=%C3%89trusque

Your search found 17 occurrences ("étrusque")


(E?)(L?) artflsrv02.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/search3t?dbname=encyclopedie0416&word=Etrusque

Your search found 21 occurrences ("etrusque")


(E?)(L?) http://artflsrv02.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/getobject.pl?c.13:1056:1.encyclopedie0416.3310819

Rituels, (Antiq. etrusq.) [Antiquité étrusque] Jaucourt (Page 14:302)

Rituels, (Antiq. étrusq.) rituales, espece d'écrits sacrés chez les anciens Etrusques, dans lesquels écrits les lois & la discipline des aruspices étoient contenues; d'où vient qu'on les nommoit aussi aruspici libri. Voyez Struvius, Synt. antiq. rom. cap. vj. (D. J.)


(E?)(L?) https://www.universalis.fr/encyclopedie/etrusques/

ÉTRUSQUES

La civilisation étrusque est la plus brillante de toutes les civilisations indigènes de l'Italie antique. Son domaine géographique par excellence est compris entre la mer Tyrrhénienne, le Tibre et l'Arno. Mais des rameaux très importants de cette civilisation ont fleuri au nord des Apennins, dans le bassin du Pô et en Romagne, ainsi qu'au sud du Latium, en Campanie et jusqu'aux vallées du Sele et du Tanagro.
...


(E?)(L?) https://www.universalis.fr/encyclopedie/etrusques-en-bref/

ÉTRUSQUES, en bref

L’état de la recherche sur la civilisation étrusque fait l’objet en 2013 de deux expositions, Les Étrusques, un hymne à la vie au musée Maillol à Paris (18 septembre 2013-9 février 2014) et Les Étrusques et la Méditerranée. La cité de Cerveteri au musée du Louvre-Lens (5 décembre 2013-10 mars 2014). Si cette seconde manifestation est centrée autour d’une des plus grandes cités-États d’Étrurie, celle du musée Maillol permet de parcourir l’ensemble de la civilisation étrusque et de suivre l’évolution de son art, toujours marqué d’influences helléniques.
...


(E?)(L?) https://www.universalis.fr/encyclopedie/chaudron-decore/

Chaudron en or, art étrusque

Crédits : The Bridgeman Art Library/ Getty

Chaudron avec trépied provenant de Palestrina (l'ancienne Praeneste). VIIe siècle avant J.-C. Or. Victoria and Albert Museum, Londres.


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=étrusque
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "étrusque" taucht in der Literatur um das Jahr 1750 auf.

(E?)(L?) http://corpora.informatik.uni-leipzig.de/


(E?)(L?) http://www.wordmap.co/#étrusque

This experiment brings together the power of Google Translate and the collective knowledge of Wikipedia to put into context the relationship between language and geographical space.


Erstellt: 2018-01

F

G

H

Haruspice (W3)

Dt. "Haruspex", frz. "Haruspice", engl., lat. "Haruspex" = dt. "Eingeweideschauer" setzt sich zusammen aus einem etwas unklaren lat. "haruga" = dt. "Opfer" und lat. "specere" = dt. "schauen", "sehen", "beobachten", "beachten". Damit bedeut lat. "haruspex" = wörtlich dt. "Opferschauer".

Von einigen Autoren wird für den ersten Wortteil von lat. "haruspex" auch eine Wurzel ide. "*ghere-" = dt. "Darm", ("Darmsaite"), "Eingeweide", postuliert.

(E?)(L?) http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/search.exe?23;s=3542919510;cat=2;m=haruspex;

"ARUSPICE", subst. masc.

PRONONC. ET ORTH. 1. Forme phon. : []. 2. Forme graph. Ac. 1932 indique, s.v. "aruspice" : "on écrit aussi haruspice". Cf. également Lar. encyclop. et QUILLET 1965 : "haruspice" ou "aruspice"; ROB. et Pt ROB. enregistrent "aruspice"; Ac. 1798-1878 ainsi que les autres dict. du XIXe s. donnent uniquement "aruspice".

ÉTYMOL. ET HIST. 1375 (RAOUL DE PRESLES, Cité de Dieu, 3, Exp. ch. 26, Delboulle ds QUEM. : Devineurs qui sont appelez "aruspices", qui estoient ceulx qui regardoient aux entrailles des bestes).

Empr. au lat. "haruspex", -icis « id. » écrit également "aruspex", -icis, attesté dep. PLAUTE, Amph., 1132 ds TLL s.v., 2546, 10 (litt. "celui qui examine ["Espex" - "specio"] les entrailles ["haru-", mot vraisemblablement étrusque]``); v. Kl. Pauly, s.v. "haruspices".

STAT. Fréq. abs. littér. : 24.

BBG. Bible 1912. BOUILLET 1859. FEUGÈRE (F.). En marge de l'exposition Charles V. Dans le vocab. de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, no 45, p. 26. MARCEL 1938. PERRAUD 1963.


(E?)(L?) http://outils.biblissima.fr/fr/collatinus-web/




(E?)(L?) https://fr.wikipedia.org/wiki/Haruspice

Un "haruspice, ou "aruspice", est un pratiquant de l'haruspicine, l'art divinatoire de lire dans les entrailles d'un animal sacrifié (notamment l'hépatoscopie : examen du foie censé représenter l'univers) pour en tirer des présages quant à l'avenir ou à une décision à prendre.

Étymologie

D'une racine étrusque "*haru" (?), "entrailles" [dt. "Eingeweide"], et de "spicio", « je regarde », transcrit par "haruspex" en latin, celui qui pratique l'haruspicine.


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=Haruspice
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "Haruspex" taucht in der Literatur nicht signifikant auf.

(E?)(L?) http://corpora.informatik.uni-leipzig.de/


Erstellt: 2018-02

I

J

K

L

M

mythologica.fr
Etrusques

(E?)(L?) https://mythologica.fr/etrusque/index.htm



Les Etrusques sont des Indo-Européens qui débarquèrent en Ombrie et dans le nord du Latium, venant d'Asie Mineure par mer comme le raconte Hérodote.

Leur religion était marquée par la révélation faite par la nymphe Bégoé (ou Bégoia ou Végoia) et par le génie Tagès.

Son contenu, réparti en quatre livres, traite des Haruspices, de la Foudre, des rites et de l'Au-Delà. Ils inspireront les premiers habitants de Rome.

La mythologie étrusque est étroitement liée à la mythologie romaine et donc grecque.


(E?)(L?) https://mythologica.fr/etrusque/civ01.htm

La civilisation étrusque a été gratifiée d’«unique civilisation citadine originale de l'Occident ancien » (Guido A. Mansuelli, archéologue italien).
...


Erstellt: 2018-01

N

O

P

pedroiy.free.fr
L'alphabet étrusque

(E?)(L?) http://pedroiy.free.fr/alphabets/etrusque.htm

La langue étrusque est un mystère

L'alphabet étrusque comptait vingt-six lettres dans sa première version et vingt dans la version plus moderne. Il ressemble fortement à l'alphabet grec, et semble être l'ancêtre des alphabets runiques.
...


Erstellt: 2018-01

Q

R

S

satellite (W3)

Dt. "Satellit", engl. "satellite", frz "satellite", geht zurück auf lat. "satelles" = dt. "Leibwächter", "Gefolge", "Garde", "Begleiter", "Diener", aber auch pejor. "Helfershelfer", "Spießgeselle". Der Ursprung könnte etrusk. "satnal" sein.

Im 16. Jh. erschien engl. "satellite" mit der Bedeutung dt. "Leibgardist". Als Bezeichnung in der Astronomie findet man es ab dem 17. Jh. (coined by astronomer Johannes Kepler in 1611. English use is from 1665.) Als politische Bezeichnung für "Satellitenstaaten" findet man es ab dem 18. Jh.

(E?)(L?) http://outils.biblissima.fr/fr/collatinus-web/

"satelles", itis, m. : "garde", "garde du corps", "compagnon", "serviteur", "complice"

"satelles", f. sing : "compagne"

"satellites", m. plur : "la garde", "l'escorte"


(E?)(L?) http://expositions.bnf.fr/ciel/gloss/index.htm

Satellite Corps qui gravite autour d’une planète. La lune est le satellite de la Terre. Premier satellite artificiel lancé en 1957, Spoutnik fit un tour de Terre en 96 minutes et 17 secondes.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/satellite

"SATELLITE", subst. masc. et adj.

Étymol. et Hist. Empr. au lat. "satelles", -itis "garde du corps", "soldat", "compagnon", "serviteur", "auxiliaire", "complice".


(E?)(L?) https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/climatologie-satellite-meteorologique-14564/

Un "satellite météorologique" est un satellite artificiel envoyé dans l'espace dans le but de recueillir des données utiles à la prévision de la météorologie. Seuls quelques pays disposent d'un réseau de satellites qu'ils entretiennent, permettant la couverture de l'ensemble de la Planète.

Satellites géostationnaires et satellites défilants

Les satellites météorologiques existent sous deux formes.
...



Orbite de satellite


(E?)(L?) http://dicocitations.lemonde.fr/definition_littre/26240/Satellite.php

"Satellite"

Etymologie : Lat. "satellitem", que l'on compare au grec, compagnon.

Définition "Satellite"

Terme qui ne se prend qu'en mauvaise part. Tout homme armé qui est aux gages et à la suite d'un autre, pour exécuter ses violences, pour servir son despotisme.

Terme d'astronomie. Planète qui fait sa révolution autour d'une autre planète plus grande, et la suit dans la révolution que celle-ci fait elle-même autour du soleil.

Adj. Terme d'anatomie. "Veines satellites", celles qui avoisinent les artères.


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=satellite
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "satellite" taucht in der Literatur um das Jahr 1760 auf.

(E?)(L?) http://corpora.informatik.uni-leipzig.de/


(E?)(L?) http://www.wordmap.co/#satellite

This experiment brings together the power of Google Translate and the collective knowledge of Wikipedia to put into context the relationship between language and geographical space.


Erstellt: 2018-01

T

U

Uni Massachusetts
Le Nombre ‘cent’ en Étrusque. À Propos de Étr. "Sran"
2016

(E?)(L?) http://scholarworks.umass.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1028&context=rasenna

JEAN HADAS-LEBEL Université Lumière - Lyon 2

L’étrusque, on le sait, n’est guère tendre pour qui s’intéresse à lui. Son isolement linguistique, l’absence de documents bilingues dignes de ce nom et le trop petit nombre de textes suffisamment longs pour être exploitables sont largement responsables de l’obscurité durable et tenace qui le caractérise. Si la morphologie de l’étrusque commence à livrer certains de ses secrets, son lexique demeure malheureusement assez impénétrable. De combien de mots étrusques sommes-nous aujourd’hui sûrs de connaître le sens? Une centaine, tout au plus?

Mais la situation n’est pas désespérée. Ce que nous souhaiterions prouver ici c’est qu’avec un minimum de logique, beaucoup d’acharnement et un peu de chance, en confrontant les textes étrusques, même les plus courts, les uns avec les autres, nous avons encore, deux mille ans après la disparition épigraphique de la langue, la capacité de redonner du sens aux mots de son vocabulaire. La signification du mot "sran" auquel nous avons choisi de nous intéresser ici est loin de faire l’unanimité. Ce mot apparaît en tout et pour tout deux fois dans l’épigraphie étrusque : une fois dans le Cippe de Pérouse (ET Pe 8.4, A. 153) et une fois dans la Table de Cortone (TCo, A.4).

Pour les uns, "sran" désigne une unité de mesure agraire, pour les autres, il s’agirait de la variante sans métaphonie du mot "sren", lequel voudrait dire soit ‘image’ soit ‘surface’. Les avis, on le voit, sont divisés. Pour être complet, nous citerons encore l’interprétation d’un savant dont nous sommes loin de partager les conceptions sur la nature de l’étrusque, mais qui sur ce point a, nous semble-t-il, visé plutôt juste: Massimo Pittau. Ce dernier, à vrai dire, se fondant uniquement sur le texte du Cippe de Pérouse dans lequel toutes les interponctions ne sont pas marquées, propose un autre découpage et lit sranczl. Mais peu importe. Ce qui est plus intéressant c’est qu’à notre connaissance, il est le seul à y avoir vu non pas un simple appellatif, mais un nom de nombre.
...


Erstellt: 2018-01

V

W

X

Y

Z