Etymologie, Etimología, Étymologie, Etimologia, Etymology
EI Alles ist im Eimer
Etymologische Verwandtschaften, Bekanntschaften und Assoziationen
-per-

A

B

C

D

E

*per- (W3)

(E?)(L?) http://www.ety.nl/etywrdfam.html

"*per" indoeuropees (oversteken ["tauschen", "überqueren", "gehen über", "fahren über"], doorreizen ["durchreisen"], beproeven ["versuchen", "ausprobieren", "erproben", "prüfen", "heimsuchen"])


(E?)(L?) http://www.etymonline.com/index.php?term=*per-

"*per-" (1)

Proto-Indo-European root forming prepositions, etc., meaning "forward", and, by extension, "in front of", "before", "first", "chief", "toward", "near", "against", etc.

It forms all or part of:

It is the hypothetical source of/evidence for its existence is provided by: Old Irish "air-", Gothic "fair-", German "ver-", Old English "fer-", intensive prefixes.


(E?)(L?) http://projetbabel.org/mots/index.php?p=port

Les grandes familles de mots par Jean-Claude Rolland

La famille "PORT"

Patriarche indoeuropéen : "*PER-", "*PER-T-", "traverser"; "risque", "épreuve"

Les branches

1. Les principaux ancêtres latins de cette famille sont le verbe "portare", « porter », et les noms "porta", « ouverture, porte de ville », et "portus", « passage, entrée d’un port, port ». En sont issus presque tous les mots français qui contiennent le radical "-port-" :

"port", "portable", "portail", "portatif", "portée", "porter", "porteur", "portier", "portière", "portillon", "portique", "portuaire", "Porto", "Portugal", ...

"aéroport", "apport", "colporter", "comportement", "comporter", "déportation", "emporter", "exporter", "important", "importer", "importun", "opportun", "opportuniste", "passeport", "rapport", "remporter", "report", "reportage", "reporter" (n.m.), "reporter" (v.), "sport", "support", "supporter" (n.m.), "supporter" (v.), "transport", ...

2. Un autre ancêtre latin de cette famille est le verbe "experiri", « essayer », participe passé "expertus", « éprouvé, qui a fait ses preuves ». En sont issus quelques mots français qui contiennent le radical "-per-" :

"expérience", "expérimenté", "expert", "péril", "périlleux", "péricliter", "impéritie", ...

3. Il y a aussi une branche grecque dans la famille, représentée d’une part par le radical "-peir-" tel qu’on le trouve dans "peira", « épreuve, tentative, expérience, essai », "peiran", « essayer, entreprendre », "empeira", « expérience », et d’autre part le nom "poros", « conduit, passage ». En sont issus quelques mots français qui contiennent les radicaux "-pir-" ou "-pore-" :

"pirate", "piratage", "pirater", "piraterie", "empirique", "empirisme", ...

"pore", "poreux", "porosité", "aporie"

L’invité masqué

Dans "port-", il cache son "t" : "porche", du latin "porticus". C’est donc un doublet de "portique". (Aucun rapport avec "porc" et "porcher" qui viennent du latin "porcus", « porc ».)

Curiosités

1. "sport" est un emprunt (1828) à l’anglais "sport" (XVe s.), d’abord « divertissement », puis, au pluriel (XVIe s.) s’appliquant à des activités corporelles effectuées par plaisir, souvent dans un esprit de compétition. L’anglais vient d’une aphérèse de "disport", « passe-temps, récréation, jeu » (XIVe s.), lui-même emprunté à l’ancien français "desport" (XIIe s.), variante de "deport", « divertissement », déverbal de l’ancien français "se desporter", « s’amuser, se divertir ». Ce dernier mot a suivi de ce côté-ci de la Manche une tout autre et moins réjouissante évolution, puisqu’il a abouti aux tristement célèbres "déporter" et "déportation".

2. Il y a d’autres mots que certains étymologistes rattachent à cette famille, notamment l’"Euphrates", « (le fleuve) bon à traverser » ou des descendants de la branche germanique comme "fjord", "Oxford", "ferry", les prénoms "Fernand" et "Ferdinand", ou encore le "Führer" de sinistre mémoire.

Faux frères

1. "empire" et "empirer" sont sans rapport avec "empirique". Pour le premier, voir la famille "PART", et pour le deuxième, voir la famille "PÉTITION".

2. "portion" et "proportion", du latin "portio", génitif "portionis", ne seraient liés ni à "port" ni même à "part", comme on l’a longtemps pensé, mais aux doublets "raison" et "ration" issus du latin "ratio", génitif "rationis".

3. "percer" : issu d’un latin populaire "*pertusiare", “faire un trou, perforer”, dérivé de "pertusum", supin du verbe classique "pertundere", même sens.

4. "repère" et "repaire" : "repaire", dérivé de l’ancien français "repairier", “rentrer chez soi”, du latin "repatriare" (fr. "rapatrier"), a d’abord signifié “retour chez soi”, puis “habitation”, puis “retraite de bêtes sauvages”, et enfin “retraite de malfaiteurs”. Quant à "repère", à l’origine simple variante orthographique de "repaire", il avait pris au XVIe s. le sens de “retour à un certain point”. Il signifie maintenant “marque, jalon” et s’emploie surtout dans le nom composé "point de repère". Dérivé : "repérer".

5. Pour d’autres mots en "-per-", voir la famille "PART".

Dans d’autres langues indoeuropéennes

esp. "aportar", "empírico", "emporio", "experiencia", "fiordo", "oportuno", "peligro", "periclitar", "perito", "pirata", "porche", "poro", "portal", "puerta", "puerto"

port. "aportar", "empírico", "empório", "experiência", "oportuno", "perícia", "periclitar", "perigo", "pirata", "poro", "porta", "porto", "reportar", "transportar"

it. "opportuno", "pericolo", "periglio", "perito", "perizia", "pirata", "porta", "porto", "portone", "portiera", "rapporto", "sperimento"

angl. "emporium", "export", "fare", "fear", "ferry", "firth", "fjord", "ford", "importunate", "Oxford", "porch", "pore", "port", "portal", "report", "sport", "support"

all. "fahren", "Fahrt", "Fährte", "Fuhre", "führen", "Führer", "Furt", "Gefahr", "gefährden", "Pforte", "Portal", "Portier"

rus. "???", ...


Erstellt: 2017-07

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z